01/04/2012

Programmawet van 29 maart 2012 herstelt termijnregeling van Handelsvestigenwet

Nog maar kort geleden hebben we u bericht over het arrest nr. 217.388 van de Raad van State van 19 januari 2012 waarbij de termijnregeling van artikel 8 Handelsvestigingenwet op de helling werd gezet.

Dit artikel luidde als volgt:

“§ 1. Wanneer het ontwerp van handelsvestiging een netto handelsoppervlakte tussen 400 en 1 000 m2 beslaat, stuurt de burgemeester of zijn afgevaardigde binnen vijf dagen na de aflevering van het indieningbewijs, bedoeld in artikel 5, tweede lid, een kopie van het aanvraagdossier door naar het secretariaat van het Nationaal Sociaal-Economisch Comité voor de Distributie. Binnen vijftig dagen na de aflevering van dit indieningbewijs betekent het college van burgemeester en schepenen zijn beslissing aan de aanvrager en aan het Nationaal Sociaal-Economisch Comité voor de Distributie.
Wanneer de aanvraag niet volledig is, licht het college van burgemeester en schepenen de aanvrager hieromtrent in bij een ter post aangetekend schrijven dat de termijnen bedoeld in het eerste lid schorst.
§ 2. Wanneer het ontwerp van handelsvestiging een netto handelsoppervlakte beslaat die groter is dan 1 000 m2, betekent het college van burgemeester en schepenen zijn beslissing aan de aanvrager en aan het Nationaal Sociaal-Economisch Comité voor de Distributie binnen zeventig dagen na de aflevering van het ontvangstbericht of na de afloop van de termijn voor de betekening, bedoeld in artikel 6, § 2.
§ 3. Bij ontstentenis van een beslissing van het college van burgemeester en schepen binnen de termijnen voorzien in de paragrafen 1 en 2, wordt de beslissing geacht gunstig te zijn.”

De Raad van State werd geconfronteerd met een situatie waarin het college van burgemeester en schepenen weliswaar een beslissing had genomen binnen de wettelijke termijn van 70 dagen (in de procedure bij grote handelsvestigingen met een netto-handelsoppervlakte van meer dan 1.000 m²), maar nagelaten had om deze beslissing te betekenen binnen de 70 dagen-termijn. Daardoor stelde verzoekende partij te beslissen over een stilzwijgende sociaal-economische vergunning (artikel 8 §3 Handelsvestigingenwet).

De Raad van State zag het anders:

“Considérant que, dans son dernier mémoire, elle revient sur la première branche du moyen et répète son argumentation consistant à soutenir que non seulement la décision doit être prise dans un certain délai mais aussi notifiée dans le même délai; qu'elle se réfère aux travaux préparatoires qui ont insisté sur l'objectif de sécurité juridique voulu par le législateur qui a imposé des délais de rigueur, objectif qui ne serait pas rencontré si le délai concerne seulement la décision et non sa notification; qu'elle se réfère à nouveau à la réponse ministérielle à une question parlementaire, laquelle a confirmé cette interprétation; qu'elle soutient par ailleurs que "c'est l'acte administratif, à savoir l'acte qui modifie l'ordonnancement juridique qui doit être notifié, en l'espèce, la décision du collège elle-même";

Considérant que la loi du 13 août 2004 relative à l'autorisation d'implantations commerciales dispose ce qui suit en son article 8, §§ 2 et 3 :

" § 2. Lorsque le projet d'implantation commerciale présente une surface commerciale nette supérieure à 1000 m², le collège [communal] notifie sa décision au demandeur et au [C.S.E.N.D.] dans les septante jours à dater de la délivrance de l'accusé de réception ou de l'expiration du délai pour le notifier visé par l'article 6, § 2.
§ 3. A défaut de décision du collège [communal] dans les délais prévus par les paragraphes 1er et 2, la décision est réputée favorable";

Considérant que, si aux termes de l'article 8, § 2, précité, le collège communal doit prendre et notifier sa décision dans un certain délai, ce n'est cependant, selon l'article 8, § 3, précité, qu'en l'absence de "décision" de cet organe XIII - 5676 - 8/15 que le demandeur peut se prévaloir d'une décision réputée favorable; qu'il en résulte que le législateur n'a assorti d'une sanction, celle de l'autorisation tacite, que le dépassement du  délai pour prendre une décision; que s'il avait voulu assortir de la même sanction l'absence de notification dans le délai, il n'aurait pas manqué de le spécifier, comme il l'a fait du reste à l'article 11, § 7, de la loi du 13 août 2004, qui dispose qu'" défaut de notification de la décision [du Comité interministériel pour la distribution] dans les délais prévus au § 5, la décision attaquée est considérée comme confirmée"; Considérant que les travaux préparatoires confirment cette interprétation en mentionnant à plusieurs reprises que ce n'est que si le collège des bourgmestre et échevins néglige de "statuer" que le demandeur de permis socio-économique peut se prévaloir d'une autorisation tacite (Doc. parl., Ch., 2003-2004, n° 1035/1, p. 32 et n° 1035/7, Rapport de la Commission, pp. 6 et 15); que l'interprétation donnée par le ministre lors 'une question parlementaire ne peut prévaloir sur le texte clair de la disposition;

Considérant qu'en l'occurrence, le secrétaire du C.S.E.N.D. a accusé réception du dossier complet de demande de permis socio-économique, le 26 février 2010, c'est-à-dire moins de septante jours avant le 5 mai 2010, date de la décision prise par le collège communal de Charleroi; que celle-ci a dès lors bien été prise dans le délai prescrit; qu'il en résulte que la partie requérante ne pouvait se prévaloir d'une décision tacite favorable; que le premier moyen n'est pas fondé en sa première branche;”

Aldus volstond het dat de beslissing werd genomen binnen de wettelijke termijn van 70 dagen.  De betekening mocht dan later volgen.

De wetgever heeft deze verrassende rechtspraak meteen gecorrigeerd door artikel 8 § 3 Handelsvestigingenwet als volgt te wijzigen:

"§ 3. Bij ontstentenis van betekening van de beslissing van het college van burgemeester en schepen binnen de termijnen voorzien in de paragrafen 1 en 2, wordt de beslissing geacht gunstig te zijn.”
En zo is alles terug bij het oude...


Referentie: artikel 22 van de wet houdendediverse bepalingen (I) van 29 maart 2012, BS 30 maart 2012 

Gepost door Dirk Van Heuven

Blog Handelsvestigingen
Tags Dirk Van Heuven, Handelsvestigingen, Termijnen
Stel hier je vraag bij dit blogbericht
17/02/2012

De beslissingstermijnen in de Handelsvestigingenwet zijn niet wat ze lijken te zijn

Artikel 8 van de Handelsvestigingenwet luidt als volgt :

“§ 1. Wanneer het ontwerp van handelsvestiging een netto handelsoppervlakte tussen 400 en 1 000 m2 beslaat, stuurt de burgemeester of zijn afgevaardigde binnen vijf dagen na de aflevering van het indieningbewijs, bedoeld in artikel 5, tweede lid, een kopie van het aanvraagdossier door naar het secretariaat van het Nationaal Sociaal-Economisch Comité voor de Distributie. Binnen vijftig dagen na de aflevering van dit indieningbewijs betekent het college van burgemeester en schepenen zijn beslissing aan de aanvrager en aan het Nationaal Sociaal-Economisch Comité voor de Distributie.
Wanneer de aanvraag niet volledig is, licht het college van burgemeester en schepenen de aanvrager hieromtrent in bij een ter post aangetekend schrijven dat de termijnen bedoeld in het eerste lid schorst.
§ 2. Wanneer het ontwerp van handelsvestiging een netto handelsoppervlakte beslaat die groter is dan 1 000 m2, betekent het college van burgemeester en schepenen zijn beslissing aan de aanvrager en aan het Nationaal Sociaal-Economisch Comité voor de Distributie binnen zeventig dagen na de aflevering van het ontvangstbericht of na de afloop van de termijn voor de betekening, bedoeld in artikel 6, § 2.
§ 3. Bij ontstentenis van een beslissing van het college van burgemeester en schepen binnen de termijnen voorzien in de paragrafen 1 en 2, wordt de beslissing geacht gunstig te zijn.”

De Raad van State werd geconfronteerd met een situatie waarin het college van burgemeester en schepenen weliswaar een beslissing had genomen binnen de wettelijke termijn van 70 dagen (in de procedure bij grote handelsvestigingen met een netto-handelsoppervlakte van meer dan 1.000 m²), maar nagelaten had om deze beslissing te betekenen binnen de 70 dagen-termijn. Daardoor stelde verzoekende partij te beslissen over een stilzwijgende sociaal-economische vergunning (artikel 8 §3 Handelsvestigingenwet).

De Raad van State ziet het anders in het arrest nr. 217.388 van 19 januari 2012:

“Considérant que, dans son dernier mémoire, elle revient sur la première branche du moyen et répète son argumentation consistant à soutenir que non seulement la décision doit être prise dans un certain délai mais aussi notifiée dans le même délai; qu'elle se réfère aux travaux préparatoires qui ont insisté sur l'objectif de sécurité juridique voulu par le législateur qui a imposé des délais de rigueur, objectif qui ne serait pas rencontré si le délai concerne seulement la décision et non sa notification; qu'elle se réfère à nouveau à la réponse ministérielle à une question parlementaire, laquelle a confirmé cette interprétation; qu'elle soutient par ailleurs que "c'est l'acte administratif, à savoir l'acte qui modifie l'ordonnancement juridique qui doit être notifié, en l'espèce, la décision du collège elle-même";

Considérant que la loi du 13 août 2004 relative à l'autorisation d'implantations commerciales dispose ce qui suit en son article 8, §§ 2 et 3 :

" § 2. Lorsque le projet d'implantation commerciale présente une surface commerciale nette supérieure à 1000 m², le collège [communal] notifie sa décision au demandeur et au [C.S.E.N.D.] dans les septante jours à dater de la délivrance de l'accusé de réception ou de l'expiration du délai pour le notifier visé par l'article 6, § 2.
§ 3. A défaut de décision du collège [communal] dans les délais prévus par les paragraphes 1er et 2, la décision est réputée favorable";

Considérant que, si aux termes de l'article 8, § 2, précité, le collège communal doit prendre et notifier sa décision dans un certain délai, ce n'est cependant, selon l'article 8, § 3, précité, qu'en l'absence de "décision" de cet organe XIII - 5676 - 8/15 que le demandeur peut se prévaloir d'une décision réputée favorable; qu'il en résulte que le législateur n'a assorti d'une sanction, celle de l'autorisation tacite, que le dépassement du  délai pour prendre une décision; que s'il avait voulu assortir de la même sanction l'absence de notification dans le délai, il n'aurait pas manqué de le spécifier, comme il l'a fait du reste à l'article 11, § 7, de la loi du 13 août 2004, qui dispose qu'" défaut de notification de la décision [du Comité interministériel pour la distribution] dans les délais prévus au § 5, la décision attaquée est considérée comme confirmée"; Considérant que les travaux préparatoires confirment cette interprétation en mentionnant à plusieurs reprises que ce n'est que si le collège des bourgmestre et échevins néglige de "statuer" que le demandeur de permis socio-économique peut se prévaloir d'une autorisation tacite (Doc. parl., Ch., 2003-2004, n° 1035/1, p. 32 et n° 1035/7, Rapport de la Commission, pp. 6 et 15); que l'interprétation donnée par le ministre lors 'une question parlementaire ne peut prévaloir sur le texte clair de la disposition;

Considérant qu'en l'occurrence, le secrétaire du C.S.E.N.D. a accusé réception du dossier complet de demande de permis socio-économique, le 26 février 2010, c'est-à-dire moins de septante jours avant le 5 mai 2010, date de la décision prise par le collège communal de Charleroi; que celle-ci a dès lors bien été prise dans le délai prescrit; qu'il en résulte que la partie requérante ne pouvait se prévaloir d'une décision tacite favorable; que le premier moyen n'est pas fondé en sa première branche;”

Gepost door Dirk Van Heuven

Blog Handelsvestigingen
Tags Dirk Van Heuven, Handelsvestigingen, Termijnen
Stel hier je vraag bij dit blogbericht